Crédit auto pour étudiant : est-ce possible ?

Crédit auto pour étudiant : est-ce possible ?

Les étudiants constituent une partie de la clientèle des banques. Ces personnes sont majeures et ont besoin d’un compte pour gérer leurs finances. Seulement, leur profil particulier ne les place pas dans la même catégorie que les salariés en matière de prêts. Chers universitaires, si vous vous demandez s’il est possible d’emprunter de l’argent pour acheter votre auto, voici les éléments de réponse.

Oui, certaines banques proposent un crédit auto pour étudiant

Le crédit auto pour étudiant n’est pas un rêve éveillé. Bon nombre d’établissements financiers proposent cette offre. Partant du principe que les universitaires aillent devenir de futurs cadres d’entreprise ou des employés qualifiés dans leur domaine, les créanciers leur accordent un prêt. La démarche est encore plus souple auprès des banques en ligne. Ces dernières sont nombreuses à proposer une certaine somme pour permettre aux étudiants d’acheter leur voiture. La montant octroyé reste généralement modique et rentre dans le cadre d’un crédit à la consommation. Les fonds ne dépassent pas les 5000 €. Ce qui permet déjà de s’offrir un véhicule d’occasion fonctionnel. Cela dit, il est aussi possible de souscrire à un prêt affecté. L’intéressé peut proposer un modèle précis venant d’un concessionnaire auto. Le banquier pourra alors verser directement le prix à cette tierce bénéficiaire. Il arrive même que le vendeur noue un partenariat avec l’établissement.

La démarche est la même qu’avec un prêt à la consommation

Souscrire à un crédit auto pour étudiant reste assez facile. L’intéressé doit tout de même suivre les étapes d’un prêt à la consommation classique. Il lui faut comparer toutes les offres existantes. Après avoir trouvé le financement qui lui convient, le souscripteur doit passer par une simulation de prêt pour étudiant. Des détails tels que le nombre d’années restant avant l’entrée dans la vie active, le cursus de formation, le fait d’être boursier ou non conditionne l’équation. Si le créancier donne son accord de principe, il faut formuler une demande de crédit en bonne et due forme. Elle inclut un formulaire standard et des pièces justificatives. La carte d’identité, le domicile, la preuve d’inscription à un établissement universitaire et d’autres documents pourront être exigés. Si le créancier propose son aval définitif, l’argent peut être versé sur le compte de l’intéressé ou directement sur celui du vendeur.

Des conditions beaucoup plus souples pour les emprunteurs universitaires

Les étudiants sont les futurs clients des banques. En dépit du fait qu’ils ne touchent pas encore de salaires, les établissements leur accordent une certaine attention. Les conditions varient sensiblement d’un contrat à l’autre. Certains créanciers accordent aux jeunes emprunteurs la possibilité de rembourser uniquement après l’entrée dans la vie active. Il y a également ceux qui peuvent directement s’acquitter de leurs dettes, mais avec beaucoup de souplesse. Il leur est possible de bénéficier de trois reports de mensualité pendant toute la durée du remboursement. Ils ne devront pas être consécutifs. Les pénalités ne sont pas systématiques avec le prêt étudiant. D’ailleurs, l’état se porte garant des universitaires les plus méritants ou qui suivent une filière stratégique telle que l’administration civile ou la médecine. A ce titre, ceux qui touchent une indemnité de stage ou un présalaire peuvent souscrire à une offre de crédit importante.

À propos de l’auteur

Marine Lebrun administrator

Laisser un commentaire